logo
 

La disparition de Claude Erignac suscita une grande émotion, en particulier dans les préfectures. Beaucoup de ses collègues, ou de ses anciens collaborateurs voulurent exprimer leur attachement à l'homme et au fonctionnaire en attribuant son nom à un lieu ou en gravant son nom sur une plaque commémorative, pour qu'il ne soit pas oublié.
De nombreuses collectivités, dans le même souci de mémoire, ont de même baptisé de son nom une voie publique, une place ou un édifice.
Le nom de Claude Erignac est ainsi conservé dans de nombreux endroits, un peu partout en France.

Ville de Colmar - Alsace - Square Claude Erignac

À l’occasion de travaux d’aménagement de l’espace public devant la préfecture du Haut-Rhin, un square a été créé pour dédier ce lieu à la mémoire du préfet Claude Erignac. Au centre de square se trouve désormais une stèle à la mémoire de Claude Erignac. Situé face à la Préfecture, ce lieu résonnera désormais comme un symbole fort afin d’interpeller les consciences.

Lozère

Inauguration du rond-point Claude Erignac à Florac, Lozère, par Dominique et Charles-Antoine Erignac en présence de nombreuses personnalités locales dont monsieur le sénateur Jacques Blanc, monsieur le Préfet ,monsieur le sous-préfet Boris Bernabeu et monsieur le maire de Florac Daniel Velay. Xavier Huvelin, membre du bureau de l'association Claude Erignac, représentait cette dernière.

Au ministère de l’Intérieur

La plaque au nom de Claude Erignac a été installée aux côtés du monument aux morts dans l'espace le plus symbolique du ministère: la place Beauvau. Une cérémonie s'y déroule chaque année. La dernière en date, à l'occasion du 10ème anniversaire de sa disparition, fut présidée par le Président de la République, Nicolas Sarkozy, en présence de Madame la Ministre de l'Intérieur. Par ailleurs, une salle de réunion, située place Beauvau, porte désormais son nom.

La 54ème promotion des commissaires de police de l’Ecole nationale supérieure de la police a été baptisée « Promotion Erignac » à l’occasion de la cérémonie de sortie en présence de Dominique de Villepin, Ministre de l’Intérieur et de Dominique Erignac en juin 2004.

A Paris, la place « Claude Erignac »

Le 6 février 2004 a été inaugurée à Paris, dans le XVIème arrondissement, la place Claude Erignac. Cette place se trouve entre une école maternelle et le commissariat de police de l'arrondissement. De très nombreux amis de la famille étaient présents, ainsi des anciens ministres, des parlementaires et des élus de la capitale. Dans son allocution, le maire du XVIème arrondissement, Pierre-Christian Taittinger, a exprimé la fierté de la population de rendre ainsi hommage à un homme d'exception. Le Maire de Paris, Bertrand Delanoé, a rappelé combien l'assassinat de Claude Erignac fut une déchirure et un scandale. Nicolas, Sarkozy, ministre de l'intérieur, a souligné la lâcheté de l'acte qui consiste à abattre un homme dans le dos. A l'issue de la manifestation, l'assistance recueillie a écouté la musique des gardiens de la paix interpréter la Sonnerie aux morts, suivie de la Marseillaise.
La place Claude Erignac a été redessinée par l'artiste Jakob Gautel, choisi par Madame Erignac et ses enfants. Elle symbolise par l'emplacement des arbres et des bancs une double couronne de lauriers. Une plaque en laiton a été posée sur chacun des douze bancs qui porte une citation tirée du carnet de note personnel de Claude Erignac. Ces pensées sont projetées, le soir, sur les murs circulaires de la place, par deux projecteurs. Elles sont autant de messages d'espoir et de tolérance.

A l’Ecole Nationale d’Administration

Un amphithéâtre du bâtiment situé rue de l’Université à Paris porte le nom de Claude Erignac.
Par ailleurs, la promotion 2007 du cycle d’intégration des officiers porte également son nom.

A la préfecture de la région d’Ile-de-France

La salle Claude Erignac, principale salle de réunion de la Préfecture d'Ile-de-France, rue Barbet-de-Jouy, a été inaugurée l'année même de sa disparition, à l'initiative du préfet Jean-Pierre Duport.

En Lozère

Claude Erignac était très attaché à ce département, dont il était originaire et où il avait sa maison, l'endroit où chaque été il venait se ressourcer, au coeur des Gorges du Tarn. C'est dans cette propriété que ses cendres reposent désormais.

Une plaque commémorative a été installée au sein de la préfecture de Mende le 6 février 1999.

Par ailleurs, l’école du Monastier-Pin-Moriès porte son nom. Elle a été inaugurée le 25 octobre 2007.

Dans les Yvelines

Dans le département des Yvelines, où Claude Erignac fut préfet, plusieurs maires ont souhaité conserver sa mémoire.

Le 10 juillet 2000, une place « Préfet Claude-Erignac » a été inaugurée à Saint-Germain-en-Laye par le maire Monsieur Emmanuel Lamy, en présence du sénateur Alain Gournac, des députés Pierre Lequiller et Pierre Morange et de très nombreux élus. Le préfet Bernard Prévost a prononcé une allocution.
« L'image de défricheur des esprits, profondément attaché à impulser, à réformer, à dialoguer, si possible comme lui-même le disait, à convaincre, Claude Erignac l'a laissée dans ce département des Yvelines où il a exercé sa mission de juin 1993 à janvier 1996. Ayant une parfaite maîtrise des dossiers, il n'hésitait pas à aller confronter cette connaissance théorique à la réalité du terrain, toujours dans le souci d'écouter les avis, sinon les conseils et de les peser avec beaucoup d'humilité intellectuelle et d'ouverture d'esprit, avant de prendre une décision ».

Une résidence de logements locatifs sociaux située rue Coste à Versailles porte le nom de Claude Erignac depuis 2004 à l’initiative du président de la société Le Foyer pour tous, Monsieur Mabille de Poncheville.

Le 21 octobre 2000, s'est déroulée l'inauguration de l'école Claude-Erignac au Pecq, à l'initiative de Monsieur Alain Gournac, vice-président du Conseil général et sénateur-maire de la commune du Pecq. Cette école élémentaire de cinq classes ouvrait rue de Paris.

Le 5 octobre 2000, la commune de Sartrouville, à l'initiative de son maire Pierre Fond a inauguré un parc du nom de Claude Erignac.

La salle du conseil municipal de la ville de Meulan porte également le nom de Claude Erignac à l’initiative de son maire, Monsieur Guy Poirier, depuis 2004.

Dans le Nord

A l'initiative du sous-préfet, François Lobit, une plaque a été posée à la sous-préfecture d'Avesnes-sur-Helpe à l'occasion du dixième anniversaire de sa disparition.

Marc Burg, sous-préfet de Valenciennes, a proposé au maire que le square situé devant la sous-préfecture de Valenciennes porte le nom du préfet à l'occasion des 10 ans de son assassinat. La délibération est passée au conseil municipal du 25 septembre 2008.

En Meurthe-et-Moselle

Claude Erignac a laissé en Lorraine un grand souvenir et beaucoup d'amis. Sur la proposition d'André Rossinot, la municipalité de Nancy a donné son nom à l'une de ses rues (l'ancienne rue Maurice Barrès), sur laquelle donnait la fenêtre de son bureau et qui débouche sur la célèbre place Stanislas. Cette voie a été inaugurée le 14 juillet 1999 en présence de nombreuses personnalités.

Par ailleurs une plaque commémorative a été apposée devant la porte de la préfecture.

Dans l’Yonne

Une plaque a été dévoilée à la préfecture le 31 mars 2000, à l'occasion du bi-centenaire du corps préfectoral.

Dans les Pyrénées-Orientales.

La salle « Claude Erignac », à la préfecture des Pyrénées-orientales (photo)

Dans l’Indre

Le préfet Jean-Claude Vacher a inauguré une salle « Claude Erignac » à la préfecture le 5 février 1999.

Dans l'Ariège

Le Conseil municipal de Foix a décidé de rebaptiser la rue de la préfecture « rue du préfet Claude Erignac », sur l'initiative du préfet Eric Delzant.

Par ailleurs, une des salles de la préfecture porte son nom depuis 2006.

Dans le Cantal

En février 2005, le préfet Alain Rigolet a inauguré en présence du personnel de la préfecture une salle de la préfecture « destinée à honorer de manière officielle et permanence le Préfet Claude Erignac, natif du Massif Central, pour son engagement au service de l'Etat et son attachement à sa mission jusqu'au sacrifice ».

En Seine-Saint-Denis

La commune de Montreuil a donné le nom « Claude Erignac » à l'une de ses rues.

En Isère

A l'initiative du sous-préfet Marc Burg, qui fut son directeur de cabinet à Ajaccio, un espace son nom devant la sous-préfecture de la Tour du Pin le 18 juin 2004.

« De mon engagement en Corse, aux côtés du préfet Claude Erignac, je garde, 10 ans après son assassinat, le souvenir d'un homme de cœur et de profonde conviction. Homme de cœur pour sa famille. L'amour des siens, de son épouse et de ses enfants, était présent dans sa vie quotidienne. Il n'envisageait pas son investissement préfectoral sans et loin des siens. Il y puisait son énorme énergie. Homme de cœur pour les autres, dévoué et particulièrement attentif à la population et au territoire qui l'accueillaient. En toute circonstance, il se voulait proche des habitants, mieux les connaître, les comprendre; il prenait plaisir à parcourir, en toute liberté, les villages, les marchés, les fêtes locales...Découvrir son environnement à bicyclette (où il excellait) faisait partie de ses habitudes hebdomadaires. Homme de cœur pour ses collaborateurs, Claude Erignac était, évidemment, très exigeant dans le travail, comme il était exigeant pour lui même, mais il était particulièrement attentif à ses équipes. Au plan professionnel, il "défendait" ses collaborateurs. Homme de cœur et de conviction, il mettait toute son énergie au service de l'intérêt général et de l'Etat. Courageux, juste, engagé, rassembleur et décideur, toujours innovant, il représentait l'Etat avec panache. Il ne faisait aucune concession s'agissant de ses valeurs. Pour lui, être préfet était ni un métier, ni une profession, mais un état, un engagement permanent. Je conserve de lui l'image d'un grand préfet et d'un grand Homme. »

Cette liste a été réalisée sur la base des renseignements fournis par les préfectures.
Elle ne prétend pas, à ce titre, être totalement exhaustive.